Envoyé Spécial sur Facebook – 1ere partie – lecture critique

Le dernier Envoyé Spécial sur Facebook a provoqué bien des remous, et devant bon nombre de sollicitations, RWW a décidé d’apporter sa pierre à l’édifice des protestations initiées par Techcrunch. Dans ce premier billet, je vous propose en guise de préalable, un analyse (très) critique du reportage, le second billet sera consacré a quelque chose de plus constructif.

A noter au passage, ce billet est largement raccourci – si ce n’est cencuré, par rapport à sa version initiale, Jérémie Drieux, le journaliste en charge du reportage, ayant été largement étrillé ailleurs, inutile d’en aouter une couche, je me concentrerais ici sur les multiples erreurs ou ommissions contenues dans ce qui se présente comme un reportage.


0:14 Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, serait riche d’1,5 milliard de dollars… sur le papier, en réalité, il est encore loin d’être riche, d’ailleurs, s’il avait voulut devenir riche, il aurait vendu Facebook depuis longtemps… Je comprends qu’Ouriel ai frôlé la crise cardiaque en visionnant l’introduction du reportage, on est dans un amalgame et une incompréhension des choses de la finance digne d’un meeting de la LCR.

1:35 « après deux ans d’existence » Facebook est créé en février 2004, cela fait bientôt 5 ans, une info, ca se vérifie.

1:50 « comment s’explique ce succès sans précédent ? ». Il existe, ne serait-ce qu’en matière de réseau social, un précédent, il s’apelle MySpace, qui a dépassé les 100 millions de membre bien avant Facebook. Là à encore, il serait judicieux de vérifier ses informations.

1:53 « faut il avoir peur de facebook ? », le ton est lancé, dès le début, il s’agit d’un procès a charge. Première lueur d’honnêteté dans ce reportage, ce sera la dernière.

4:45 Collecte d’informations personnelles, c’est illégal selon la loi Française, mais Facebook est américain… et la loi Française a bien du mal à suivre internet et le monde moderne… vivement que tout cela soit censuré. Ce reportage est d’ailleurs, de bien des façons, un plaidoyer pour la censure des contenus et des usages sur internet… Hasard du calendrier parlementaire ? Allez savoir.

7:10 Mon Dieu, cette chose est capable de mobiliser des jeunes, c’est donc potentiellement dangereux, non ? Réunir 400 personnes par la simple volonté d’un gamin de 23 ans, au chômage, qui plus est, comment peut-on sérieusement prétendre que « cela ne sert à rien », quand on voit l’organisation que cela demande à la CGT ? Faut-il être stupide ou manquer d’imagination à ce point pour imaginer que ces "jeunes", à force de voir leur culture raillée, ridiculisée et bientôt censurée, ne vont pas utiliser ces outils pour autre chose que d’innocentes freezes ?

8:20 Arrivée de Maxime (la blonde) et Lou (plutôt chatain). On apprend au passage que dans la bouche d’une ado de 14 ans, le qualificatif de geek a sérieusement changé de sens… C’est normal, l’anglais n’est pas une langue morte, et le terme a bien évolué depuis mes 14 ans (qui datent un peu, je l’avoue). Lou, au passage, a plus d’amis que moi sur Facebook, je suis un peu vexé, je me sens vieux. Je fais une pause et je vais me faire une tisane.

Non, je ne participerais pas au lynchage de ces deux gamines, elles se sont fait piégées, tout comme leurs parent qui ont dû signer un papier à France 2 similaire à ce que Endemol fait signer aux participants de l’Ile de la Tentation. Que cela serve de leçon aux parents.

9:00 On apprend que Facebook s’utilise pour draguer. Je m’en doutais un peu, mais avec mon statut d’homme marié, je m’étais naturellement exclu du jeu (en même temps, les ados de 14 ans, c’est pas mon truc).

9:35 Foutage de gueule en règle des gamines qui jouent les mannequins… allez donc regarder Modepass et demandez vous si ces sales gosses ne sont pas tout simplement en train de réinventer le concept de shooting de série de mode… (ou de photos érotiques, quand elle seront plus âgées, bien sûr)

9:40 Maxime explique que les gros lourds qui draguent, ca existe aussi dans le virtuel (surprenant, vous ne trouvez pas ?). Conclusion du journaliste : « il faut se méfier ».

10:39 Maxime en bikini cache ses seins sur l’écran… Oh, vous la voyez la ficelle ?

11:10 Et c’est parti pour la série de photos de Maxime, qui boit, s’habille sexy, et le montre… sur Facebook (et grâce au service public, sur France 2, et pour le restant de leurs jours dans les archives de l’INA).

11:26 « Mais il y a pire » On trouve de la drogue sur Facebook ! Facilement ! Bon, en même temps, Maxime et Lou avouent ne jamais y avoir touché, donc dans le genre expert, on fait mieux.

11:50 Des deals d’extasy en direct sur le chat de Facebook… Waou… Ce sont donc les amis de Maxime qui sont des dealers ? Facebook, selon Envoyé Spécial, serait plus sûr pour les dealers, le chat, en tout cas, car l’email interne semble être plus écouté par les forces de l’ordre, qui veillent, derrière chaque ordinateur (enfin, pas encore, mais ça ne saurait tarder, pour votre sécurité et surtout celle de vos enfant, bien sûr).

Sublime, Envoyé Spécial nous a donc trouvé deux expertes en sécurité des réseau et en sniffing de paquets IP… assez précoces à 14 ans, certes, mais plutôt jolies… on ne va pas faire la fine bouche… si ?

12:33 Une magnifique mise en scène de conclusion sur le thème « enface violée » avec une petit nounours, face contre terre, et les deux gamines qui continuent à surfer sur Facebook au fond de la pièce, alors que le journaliste déblatère une leçon de morale sur un ton grave avec la musique qui va bien. Comme quoi, même s’il ne connaît rien à internet, il semble évident que la mise en scène trahit de longues heures de surf qui ont sans doute servi a préparer le reportage.

Non, vous ne révez pas, vous n’êtes pas en train de regarder "Le Droit de Savoir" sur TF1, mais bien « Envoyé Spécial » sur France2, le service public.

Après le passage mis en scène (qui oserait appeler cela du journalisme ?) sur l’enfance en danger, on va passer au monde professionnel.

12:40 Tant qu’à aller dans les poncifs et le superficiel, c’est parti sur l’épée de Damoclès que représente toutes ces photos innocentes, le jour où elle réapparaitrons dans la vie des deux gamines (le coup de l’entretien d’embauche, un classique).

A ce propos, une anecdote, j’écoutais il y a peu l’un des dirigeants de Google raconter que, alors qu’il donnait le même conseil à son fils concernant l’utilisation des photos sur Facebook, celui-ci lui avait rétorqué, un brin moqueur, « Papa, le jour ou je serais à la recherche d’un emploi, ce ne seront pas des gens comme toi qui m’embaucheront, ne t’inquiète pas ». Ca peut être très vexant un môme de 12 ans, de nos jours. La différence, c’est qu’un patron chez Google le prend au sérieux, alors qu’un journaliste chez France 2 le prend pour un con… Allez savoir.

13:00 Alex Turk de la CNIL invoque le droit à l’oubli.

La encore, une anecdote, issue de la bouche du maire de San Francisco, qui disait, lors du dernier Web2summit, que ce droit était bel et bien fini, et que les premières victimes étaient les politiciens.

Au passage, les infos en question, contrairement à ce que cet honorable membre de la CNIL semble croire (mais sait-il de quoi il parle ?) sont ‘supprimables’ du système, en tout cas de Facebook, vu que l’on peut enlever le lien (tagging) qui est fait entre un profil et une photo, et, pour plus de sécurité encore, savoir qui l’a mis en ligne… vu que les profils ne sont pas anonymes… mais ca, France2 semble l’avoir oublié, le temps de la démonstration.

13:25 Même démonstration dans le monde du travail. Kevin, un « jeune banquier » qui ment sur les raisons de son absence et se fait griller (dénoncer par un collègue) grâce a des photos postées sur Facebook. Mouis… Kevin est un idiot, que voulez vous, et ses collègues sont bien pires. En même temps, par les temps qui courrent, un banquier au chômage… est-ce vraiment la faute de Facebook ?

Les journalistes ont-il vérifié leurs informations ? Pas vraiment, Kevin était stagiaire, et cette histoire qui a fait le tour du web illustre (chez ceux qui connaissent internet, pas chez les journalistes de France2) le bon usage de Facebook et du mensonge à l’ère 2.0.

13:48 Arrivée de Serge Tisseron : « sur Facebook, il n’y a aucun confidentialité » (des proches ayant vu cet article avant sa publication m’affirmant que Mr. Tisseron n’est pas au bord de la sénilité, je lui ferais crédit de s’être fait avoir, lui aussi, par le journaliste de France 2, qui n’a de toutes évidence, aucun respect pour les paroles d’experts et d’universitaires).

Voilà qui conclue les dangers de Facebook dans la vie professionnelle… allons chercher la petite bête ailleurs…

14:10 Facebook et les relations sentimentales… décidément, Facebook, c’est comme dans la vie…

15:38 Le fameux meutre via Facebook, décidément, ce reportage est une véritable collection de clichés. Après avoir passé son statut de Mariée à Célibataire suite à son divorce, son mari l’a tué. Décidément, c’est super dangereux Facebook.

15:55 « Vie privée, vie publique, peu a peu Facebook change la donne»

Enfin, un début d’analyse… ha… non… Fausse alerte, ce sera la seule lueur d’intelligence, probablement fortuite, dans tout ce reportage.

On enchaine sur « Facebook présente-t-il un risque pour nos libertés, peut-il devenir Big Brother ». (une bonne occasion pour se payer un voyage à San Francisco, en plein hiver à Paris, ca ne se refuse pas).

Deuxième bobine


Petit poncif sur San Francisco, où l’on apprend que Microsoft et Apple sont ennemis… hum… ca fleure bon la fin du XXe siècle. Pourrait-on signaler a ce journaliste que Microsoft aujourd’hui a des parts dans Apple, et que l’ennemi se nomme désormais Google… Décidément, il ne semble pas bien renseigné… Ceci dit, cela trahi bien les connaissances du journaliste, qui a du être jeune, lui aussi, il y a dix ans. Comme pour bien d’autre sujets, il a compris à une époque le monde dans lequel il vivait, mais il a oublié de mettre ses connaissances à jour depuis une bonne décénie. Du coup, il se retrouve aujourd’hui du mauvais coté de la fracture numérique, et se voit contraint d’endosser le costume du vieux con (dire qu’il est plus jeune que moi, j’en frémis).

2:30 Zuckerberg, voilà l’ennemi, un gamin (encore un) qui serait dépassé par ce qui se passe « tout est allé très vite, trop vite, peut être » (contrairement à ce qu’il se passe dans notre beau pays, où il est d’usage d’attendre l’âge mûr pour se retrouver dans une position de pouvoir, ou à l’ANPE, c’est selon).

C’est parti sur le poncif sur ces sociétés que le bon sens Français ne peut comprendre, un empire qui n’est pas encore rentable (tiens, comme bon nombre d’organes de presse Français, mais cela ne semble déranger personne, ici).

3:25 Et voilà le plan secret de Zuckerberg (qui est décidément idiot, ou alors, il ne sait pas garder un secret, ou alors, il ne s’agit pas d’un secret mais d’une tromperie de la part de France2 ?).

Le plan « secret » de Facebook pour trouver la rentabilité, a fait l’objet de nombreux débats et controverses, ici, sur RWW, sur Techcrunch, et partout sur tous les blogs techno de la planète que France 2 n’a pas dut consulter (pas plus que la presse anglo saxonne, d’ailleurs), d’où son impression de gros scoop : le ciblage publicitaire selon les informations contenus dans le profil des membres.

Pas de chance, c’est une histoire qui ne date pas d’hier et qui n’a rien de secrète, bien au contraire, Facebook, devant la réaction de ses utilisateurs, a déjà reculé sur certaines de ses stratégies… une leçon que ferait bien de prendre en compte France2, et qui, au passage, ferait un bon sujet sur la gouvernance d’entreprise « 2.0″, mais il faut croire qu’ils sont passé à coté.

6:20 Et hop, encore un scientifique à qui on fait dire n’importe quoi en coupant judicieusement des morceaux choisis… A en croire B. J. Fogg, l’auteur de "Psychology of Facebook", Facebook est une atteinte à la vie privée, et puis c’est tout.

Contacté par l’un de nos correspondants, qui fait parti de son comité de lecture (on a des relations dans le monde universitaire chez RWW), Fogg a déclaré « Ah. I see they shared the most negative aspects. I also said lots of positive things about Facebook, including aspects of world peace.» (« Ah, je vois qu’il n’ont gardé que les aspects négatifs… J’ai aussi dit beaucoup de choses positives sur Facebook, entre autre son impact potentiel sur la paix dans le monde »). Bidonnage, donc.

8:53 Arrivée de Barack Obama, qui a remporté l’election présidentielle « en partie » grâce à Facebook. La dessus, les analyses divergent, entre l’utilisation de Facebook et le fait que l’un des fondateurs de Facebook ai rejoint le camp Obama, et soit aujourd’hui parmi les personnes en charge de l’internet dans le camp Obama, beaucoup (dont Al Gore) pensent que le Networking social est largement à l’origine de l’élection d’Obama. Là aussi, on est royalement passé à coté d’une analyse intelligente du rôle du networking social dans la présidentielle américaine. Que de bons reportages ratés en si peu de temps…

10:52 Retour en France, et plongée dans les arcanes de l’UMP pour voir qui est derrière la page de Sarkozy sur Facebook. Notre président talonne, Villy Sovndal, le leader socialiste Danois (note au passage, le Danemark a 11 fois moins d’habitants que la France, une simple règle de trois vous laisse imaginer à quel point la France est en retard). Plus drôle encore, Morgan Tsvangirai est devant Sarkozy, c’est un politicien du Zibabwe, population 11 millions d’habitants… ça commence a être humiliant pour notre président.

12:10 Le grand jeu à l’UMP semble être la traque au faux Sarkozy, et ils se moquent de Ségolène Royale qui a une multitude de faux profils… Dites, les gars, ce serait bien de s’occuper un peu de Carla, non ? (à moins que ce soit Universal Music qui soit en charge de celà ?)

13:30 On s’approche de la conclusion par un traditionnel « tout cela n’est qu’une mode, ca va passer ».

Le Networking social comme phénomène de mode, cela fait bientôt quatre ans que tous les journalistes qui m’interviewent (il y en a encore, si, si) me posent la question du phénomène de mode éphémère. Depuis quatre ans, tous les spécialistes se bornent à la même réponse : non, ce n’est pas un phénomène de mode, c’est une évolution profonde de la culture contemporaine. Du coup, on se passera d’un spécialiste pour affirmer une telle idiotie, et c’est notre journaliste qui l’affirme haut et fort « les modes passent très vite ».

14:00 Là, je découvre au passage que France 2 étaient au Facebook garage à La Cantine… Si on avait su, on aurait sorti le goudrons et les plumes.

 

S’en suit le plateau (à partir de 3:01 ici) ou Jérémie Drieux, le journaliste qui semble avoir été en charge du reportage, vient justifier ses notes de frais.

Beau gosse, chemise à la BHL, les deux présentatrices d’Envoyé Spécial, par le vocabulaire utilisé, montrent clairement à Jérémie qu’elle n’y comprennent rien (mais bon, ce ne sont pas elles qui ont fait le reportage, après tout).

Du coup, elles tombent dans le panneau « on voit bien que sur le net, il n’y a pas d’espace privé, cela n’existe pas ».

Jérémie donne un conseil « tout bête », « si on veut préserver sa vie privée, il ne faut pas s’inscrire ». C’est idiot, on n’y aurait pas pensé.
Dans le même esprit, si vous ne voulez pas mourir au volant, il ne faut pas conduire. Si vous ne voulez pas périr dans les flammes lors d’un crash aérien, il ne faut pas prendre l’avion, et pour éviter tout accident domestique, évitez la cuisine. Voilà, c’est dit.

Ensuite, on s’aperçoit que Jérémie a découvert (probablement après le reportage) qu’il existait la possibilité de maitriser la confidentialité des profils sur Facebook (tiens, aucune mention à cela dans le reportage… il a dû le découvrir après coup).

Jérémie avoue même que l’on peu enlever les photos compromettantes (contrairement à ce qui est affirmé durant le reportage, et contredisant Serge Tisseron qui passe du coup pour un idiot – à moins que son témoignage, lui aussi, ai été grossièrement manipulé et coupé au montage).

Jérémie s’enfonce ensuite sur le traditionnel « les réseaux sociaux, c’est la nouvelle mode », nous montre qu’il a finalement entendu parler de MySpace, dont l’usage, selon lui, est limité à « on va sur MySpace pour être ami avec ses artistes préférés ».

Quel dommage, Jérémie, que vous n’ayez pas découvert à quel point l’industrie de la pornographie avait largement utilisé MySpace pour sa promo… Un prochain reportage, sans doute ?

Enfin, Jérémie, si certains pays dans le monde comptent 50% de leur population sur Facebook (le Chili, en l’occurrence), ce n’est pas près d’arriver dans une pays du tiers monde numérique comme la France, qui compte à peine 50% de sa population… connectée à internet.

Il faut commencer par le commencement avant d’en arriver là.

Au final, autant confier le Journal de l’Economie à Arlette Laguiller plutôt qu’à Jean-Marc Sylvestre, ont aurait droit à du journalisme de meilleur qualité.

Avant de vous laisser aller à un commentaire, lisez la seconde partie de ce billet


Recommandez cet article à vos amis

et rejoignez nous sur Facebook et Twitter...



25 commentaires pour cet article

  1. Pascal V

    Comme tu es en train de critiquer un journaliste ne vérifiant pas ses sources, évite les erreurs classiques et grossière du genre : « Microsoft aujourd’hui a des parts dans Apple » … ouch !
    Microsoft a eu des parts pendant peut être un max de 2 ans (je prend large car je n’arrive pas moi même a trouver une info claire a ce sujet sur la durée). Mais cette aventure date quand même de 19997. Microsoft s’est depuis rapidement retiré avec un benefice au passage.
    Et vu la manière dont Steve Ballmer continue de casser Apple aujourd’hui (du fait de la crainte de ses récents succès sans doute), je ne m’amuserai pas a affirmer que les deux entreprises entretiennent des relations amicales. Ce serait un peu comme d’affirmer que Facebook est un véritable repère de dealer … :-)

    C’est corrigé ;-) Mea culpa.

  2. Xavier

    Mmmmh… En le regardant jeudi dernier, il ne m’a pas fallu longtemps pour comprendre que ce reportage était ciblé très très grand public, « Facebook pour les Nuls » et autres simplicité – en gros, le gus qu’ils font s’inscrire à Facebook à un moment dans le reportage.

    Certes, il n’est pas génial de dire à Mère-Grand qu’elle doit parler des dangers de l’Intraweb à ses petits-enfants, mais il reste vrai que pour les grands débutants, l’identité numérique n’est pas un concept clair, et il est donc essentiel de leur faire comprendre les enjeux du respect de la vie privée sur supports numériques.

    Alors évidemment ensuite il y volonté et moyen, et là on se retrouve avec les poncif poussés à l’extrême (sexe, drogue et putafranges). Pour autant, ce reportage n’était clairement ciblé « connaisseurs / geeks », il fait un travail de prévention assez souhaitable à défaut d’être mesuré – travail duquel les deux gamines auraient bien profité, d’ailleurs.

  3. Olyvyer

    Ta critique est intéressante même si elle semble parfois un peu exagérée. Ce reportage d’Envoyé Spécial associé à ton billet m’inspire deux réflexions:

    - la première est que tout ce qui touche aux nouvelles tendances, nouveaux usages, nouvelles technologies internet est finalement assez difficile à traiter pour des non-spécialistes: ça devient rapidement technique de vouloir proposer un regard critique sur la génération FB si on ne maitrise pas parfaitement l’outil (et notamment tout ce qui trouve sous l’onglet confidentialité)… d’autant que par essence on a très peu de recul sur ces nouveaux usages et qu’il est (certainement) trop tôt pour en cerner les conséquences.

    - la deuxième et plus global et porte sur le système médiatique en général: quand on voit comment sont traités les sujets que l’on connait, quel crédit peut-on accorder à leurs analyses sur des sujets que l’on maitrise moins bien ?

  4. Fabrice Epelboin

    @Olyvyer Honnêtement, que ce soit une info émanant de France Télévision, du Monde, de Libération ou d’un blog inconnu, la démarche est la même : vérifier les sources, chercher si l’auteur/le journaliste/le média à un intérêt à orienter le débat, analyser l’ « angle ». Prendre pour argent comptant ce que raconte un média ou un blog, c’est s’exposer à bien des déconvenues. Il faut avoir un autre regard et un autre rapport à l’information aujourd’hui.

  5. Olyvyer

    Tout à fait d’accord avec toi sur le principe…
    Sauf que à mon sens « Envoyé Spécial » bénéficie (ou bénéficiait?) tout de même d’une réputation de sérieux que tous les médias ne peuvent pas revendiquer: le même reportage réalisé par des inconnus et diffusé uniquement sur Youtube n’aurait sans doute pas eu le même traitement sur RWW…

  6. Romain Péchard

    @Olyvyer: Si le même reportage diffusé par des inconnus avait reçu la même attention médiatique, il aurait certainement reçu le même accueil de la part de la rédaction de ReadWriteWeb France. Avec la visibilité vient la responsabilité de ce que l’on diffuse. Ce qui vaut aussi pour les sites web de particuliers qui ont une grosse visibilité. Et j’espère que si ReadWriteWeb France dispose de cette charge, nos lecteurs seront aussi attentifs à nos dires que nous le sommes avec media grand public.

  7. Fabrice Epelboin

    @Olyvyer Oui, sur Youtube, ce serait passé inaperçu (on ne regarde pas l’intégralité des contenus de Youtube, et on serait passé à coté car il aurait vraisemblablement eu une très mauvaise note et peu de lecture), mais là, cela émane de l’état, c’est plus inquiétant et ça demande une réaction. Quant à Envoyé Spécial, j’ai peur qu’il faille employer le passé, sa crédibilité auprès de tout un pan de son public vient d’être réduite à néant.

    En parlant de Youtube, voila la campagne de Noël pour enfoncer le clou d’Envoyé Spécial et pensée par Nadine Morano, c’est à pleurer http://www.youtube.com/watch?v=cE6fQwWggVM

    Attention, je ne dis pas qu’il y a collusion entre Envoyé Spécial et la ministre, juste un faisceau d’indices qu’il serait bon pour eux de dissiper.

  8. Jean-Claude

    Pourquoi prendre une posture d’ayatollahs lorsqu’on veut critiquer les ayatollahs « d’Envoyé Spécial ». Cet article est à charge. FB reste un truc superficiel, une illusion de relation sociale…Reparlons-en dans deux ans…Et puis, sans etre de la LCR, je préfère leur point de vue sur la finance que celui des pseudos spécialistes sortis des grandes ecoles et autres « sciences po » et qui nous ont mis là où on est.La crise c’est le retour à la réalité par rapport à tout ce monde virtuel. Allez, je retourne à mes livres. FB ce sera pour ce soir : soirée illusion!!!! Et puis, bien sûr que certains ont intérêt à essayer de démontrer que c’est un vrai phénomène de société…ils en vivent. Toi aussi non ???

  9. boby

    Les journalistes d’Envoyé spécial ont confondu facebook.com avec fessecoke.com, la suite est donc logique.
    Villeneuve aura pas fait mieux sur TF1.
    J’attends avec impatience un confession intime spécial « mon mari me trompe sur facebook ».

  10. Lo

    Facebook a des points positifs certes mails il faut quand même être réaliste..il faut pouvoir l’utiliser de manière intelligente… Il est quand même important de pouvoir préservée sa vie privée et rester quand même connecté à la réalité… c’est plus facile de draguer sur un écran que dans la réalité… Oui pour facebook mais attention à son utilisation surtout chez les plus jeunes qui n’ont pas toujours concscience de tout!!

  11. Fabrice Epelboin

    @Lo en tant que vieux (bientôt 40 ans), j’ai peur que ce soit les vieux qui n’aient pas conscience de tout. Le concept de vie privée est un concept de vieux, les jeunes l’on remplacé par autre chose, tout autre chose, quelque chose que les vieux ne comprennent pas et prennent pour de l’inconscience de jeunes, quelque chose qui va profondément changer le monde car il le rendra plus transparent, plus humain, plus interconnecté et plus conscient de son interdépendance, plus difficile pour les tricheurs et les menteurs, plus difficiles pour les inconstants, et plus valorisant pour ceux qui sont droits et cohérents.
    Think again, think different.

  12. TheWind

    Merci pour cet article et pour la qualité des débats qu’il engendre.
    Une requête, une prière : passez donc un coup de correcteur orthographique avant de publier, c’est vraiment lourd les gens qui ont des relations dans le monde universitaire et qui font des fautes à la pelle. ;)
    (mais je reste heureux de vous lire…)

  13. Fabrice Epelboin

    @TheWind Je vous jure que ça passe par un correcteur orthographique (mais ceux ci sont loin d’être parfait), par contre, il n’y a pas de correcteurs (et pas de chaîne éditoriale non plus)… Je comprends que cela puisse agacer (ma mère est prof de lettre classique), mais c’est le prix à payer pour avoir de l’information qui justement ne passe pas par l’industrie de l’information…

    Pour ma part, je fais parti de cette génération qui est passé, dans les années 70, par des méthodes d’enseignement de l’orthographe (les groupe bleu, groupe rouge, etc, qui ont remplacés durant quelques temps les compléments d’objets direct, indirect, ect), et le résultat est catastrophique… désolé.

  14. Fabrice Epelboin

    Une contre interview de Maxime fort instructive : http://www.gobz.org/2008/12/17/envoye-special-facebook-la-contre-interview/

  15. Darkoneko

    Mon dieu, envoyé spécial est tombé bien bas.

    mais que dis-je, les journalistes vérifient TOUJOURS leurs informations, je suis mauvaise langue :)
    autre exemple : http://david.monniaux.free.fr/dotclear/index.php/2008/11/17/316-lemondefr-raconte-des-craques

  16. Stéphane Erard

    Il suffit de « configurer » son profil pour qu’il ne soit pas « public », et il n’y aura plus de « danger sur la vie privée ».

    Faut arrêter de croire.

  17. JO

    l’article est très mal rédigé et fait très dissert de brevet des collèges mais le fond est bon. finalement le contraire du reportage d’EP

  18. Fabrice Epelboin

    Édifiant…

    http://lemegalodon.net/a6375-la-pedagogie-et-l-equilibre-selon-envoye-spe.html

  19. Sargasso

    Malgré toutes les approximations du reportage qui ont été pointées, ce documentaire pose des questions très pertinentes :

    - l’esprit communautaire de Facebook ne cache-t-il pas, souvent, du narcissisme, de la superficialité, une compétition entre inscrits

    - pourquoi cette envie effrénée de se sentir exister en se montrant, en s’exhibant en permanence

    Et finalement, ne montre-t-il pas, tout simplement, que le « phénomène » facebook n’est pas si fascinant que ça …

  20. Fabrice Epelboin

    - l’esprit com­mu­nau­taire de Facebook ne cache-t-il pas, sou­vent, du nar­cis­sisme, de la super­fi­cia­lité, une com­pé­ti­tion entre inscrits

    En quoi est-ce spécifique à FB ? N’est ce pas quelque chose que l’on peut observer dans tout système social ? Prenez la télévision et les gens qui s’y montrent, par exemple, ou un collège ?

    - pourquoi cette envie effré­née de se sen­tir exis­ter en se mon­trant, en s’exhibant en permanence

    Même remarque ;-)

    Et fina­le­ment, ne montre-t-il pas, tout sim­ple­ment, que le “phé­no­mène” face­book n’est pas si fas­ci­nant que ça …

    Vous voulez dire que l’extension d’un phénomène de compétitivité sociale dans le virtuel à 300 millions de personnes n’est pas quelque chose de fascinant ? Pas sûr.
    Qui plus est, il se passe bien d’autres chose sur Facebook, comme une nouvelle forme de militantisme (comme les manifs d’hier contre Berlusconi l’on montré, même si elles ont été censuré sur France2), ou de nouvelles solidarités, de nouvelles façon de trouver des personnes aux intérêts similaires, etc. FB n’est pas du tout limité à la compétition des egos…

  21. bourquin

    les administrateurs de facebook viole vaux donner personnel pour leur propre profit ou les donner au impot ou a la police je trouve ca degeulasse

  22. Fabrice Epelboin

    @bourquin

    C’est absolument n’importe quoi !

  23. Norbert Lerobot

    Désolé de ne pas lire le second billet avant de « me laisser aller à un commentaire », et désolé de vous dire que ce genre de manipulation verbale de collégien capricieux (qui fourmillent plus que les rats dans les égouts dans vos propos) ne prennent pas avec moi. Je dois dire que pour quelqu’un se réclamant (pardon, se vantant) du milieu universitaire, votre capacité de synthétisation et votre objectivité frôlent le zéro absolu (oui, traditionnel me direz-vous, néanmoins vrai). Et vos intentions sont aussi ombreuses que votre désir de constructivité (ce qui me semble lié, et je dis bien, « qui me semble », à bon entendeur).

    Oh, n’allez pas croire que je pisse du vinaigre histoire de me croire être ce que je ne suis pas (à bon entendeur), mais quel est le sens, le but et l’origine de vos propos?

    Je crois bien que vous êtes aussi vide d’intelligence que les émissions que vous regardez, la preuve, vous n’avez en absolument rien soulevé les problèmatiques présentes et futures que posent l’utilisation et la non-utilisation de facebook.
    Pourriez-vous, je vous prie, faire mieux que ceux que vous critiquez sans but? Et nous parler un peu de la chronophagie facebook, du processus de marchandisation de la personne humaine (marchandisation relationnelle, comme l’est la marchandisation sentimentale via certains sites de rencontres qu’il n’est pas besoin de citer), le bouleversement du concept d’amitié, la « mise-en-virtuel » des esprits (vous qui semblez parler du « viol de l’enfance » mieux que quiconque), parlez nous également de la censure par la « noyade dans la masse d’informations inutiles », et la mise en concurrence des réseaux d’informations, parlez nous donc aussi de la manipulation de l’information, et des personnes (qui a déjà lieu, ne serait-ce que par le journalisme capitaliste, qui, par nature, ne vaut pas mieux que la propagande communiste), ah oui, dites nous donc un mot sur la thématique plus que jamais d’actualité, de la destruction continue du choix entre la liberté et la sécurité (plus besoin de dépenser des millions pour surveiller, vu que par nature, facebook est le seul outil par lequel tout le monde surveille tout le monde, et si tu n’es pas sur facebook, tu es « out », ce n’est pas le peuple qui devrait remercier Mark, mais le pentagone aux USA, et les RG en France!). En outre, si vous voulez parler des bénéfices que nous devrions attendre de facebook, mis à part celui d’être ou devenir un avatar virtuel, et faute d’avoir le courage de se confronter à la réalité, et d’être celui que notre conscience nous dit d’être pour de vrai, dans la vraie vie, en passant son temps à la rêver devant son mur (lui aussi virtuel), je ne vois vraiment rien d’autre.

    Je ne sais pas si je vous aimerais dans la vraie vie madame (ou monsieur), mais si les propos vides et absolument nuls (comme ceux de certains journalistes, je vous l’accorde) dont vous nous avez seriné le temps de la lecture d’une nouvelle ou d’un essai sont caractéristiques de votre personnalité, ce ne serais certainement pas le cas.

  24. Fabrice Epelboin

    Etonnant ce commentaire deux ans après les faits, et une semaine après un énième reportage bidonné sur le même France2, dénoncé par les Anonymous, et quelques jours après le classement en rouge de la France dans la liste des pays ennemis de l’internet…

    Vous êtes complètement à coté de la plaque…

    Sinon, pour ce qui est de critiquer Facebook… Comment dire… Vous êtes conscient d’être sur le site qui a le plus tapé sur Facebook ? Et qui tape dessus régulièrement ?

    http://fr.readwriteweb.com/tag/facebook/

    Ha… oui… il y a plus d’un billet sur les blogs… forcément… Ici vous pourrez en trouver une petite centaine qui tape sur Facebook, dont la moitié pour ce qui est de la vie privée… et pas mal sur son rôle dans les révolutions en cours…

    LOL

  25. Norbert Lerobot

    En ce qui me concerne, rien ne m’étonne à ce que, une fois de plus:
    1) vous vous échappiez derrière des évidences qui ne sonnent juste qu’à vos propres oreilles,
    2) alliez vous cacher derrière la production journalistique d’un tiers pour vous échapper un peu plus,
    3) ne répondiez pas aux questions fondamentales,
    4) vous m’informiez sur ce que je sais déjà et qui ne pèse pas très lourd comme réponse, et puisque vous critiquez si bien facebook, alors pourquoi ne répondez vous pas (clairement s’entend, et pas vaguement en essayant de noyer le poisson):
    A) à mes questions?
    B) aux problématiques en jeu?

    J’attend ….

17 Trackbacks For This Post

  1. Le web et moi... le blog d'Arnaud Valliere | Il y en a qui ont tout compris :

    [...] Les journalistes d’Envoyé Spécial qui ont calqué sur Facebook les vieux f…. C’est bien connu : traffic de drogue, pornographie, et autres atteintes à la vie privée constituent l’unique utilisation d’internet. Non ? On m’aurait mentit ? [...]

  2. Liens du matin 12/09/2008 « Le Journal de Ray Dacteur :

    [...] Envoyé Spécial sur Facebook – 1ere partie – lecture critique | ReadWriteWeb France [...]

  3. » Blog Archive » Envoyé Spécial : les bloggueurs “se paient” France 2 :

    [...] – “On apprend que Facebook s’utilise pour draguer…Foutage de gueule en règle des gamines qui jouent les mannequins…” ReadWriteWeb [...]

  4. Fabrice Epelboin, ReadWriteWeb, Envoyé Spécial… et Facebook ! :

    [...] un premier temps, Fabrice Epelboin s’est attaché à proposer aux internautes une lecture critique minute par minute du reportage de Jérémie Drieu. Approximations, montage des interviews, choix des intervenants… tout y passe [...]

  5. Vidéos et Liens : filles sexy, Luc Besson, etc. (Twitter BestOf #3) :

    [...] (je vous recommande également de lire la critique de ce reportage dans Read Write Web, en français). [...]

  6. ReOpen911 - News » Complet manque d’enquête : L’effroyable montageComplet manque d’enquête : L’effroyable montage :

    [...] positifs. De très nombreux internautes ont vivement réagi à ce reportage, décortiquant notamment ses approximations, au point que France 2, ébranlée par ce tollé, leur a proposé de faire [...]

  7. Où va France 2 ? | ReadWriteWeb France :

    [...] tous (Endemol en a rêvé, France 2 l’a fait). Le “reportage” aligne par ailleurs inepties sur mensonges durant trente minutes. France 2 semble continuer sa propagande anti internet, allant jusqu’à truquer un sujet [...]

  8. Identité numérique : e-reputation barcamp le 4 avril à la Cantine (Paris) | ReadWriteWeb France :

    [...] l’heure où Facebook pose tellement de questions aux journalistes mais aussi à ses membres (suite, par exemple, à la modification de ses CGU), la question de [...]

  9. Identité numérique : e-reputation barcamp le 4 avril | Stan & Dam :

    [...] l’heure où Facebook pose tellement de questions aux journalistes mais aussi à ses membres (suite, par exemple, à la modification de ses CGU), la question de [...]

  10. Contre-reportage Facebook « Léon dit :

    [...] vite a se reportage, en le condamnant sévèrement… La rédac’ de Readwriteweb avait vite suivi ce coup de gueule d’Ouriel… Le bad-buzz suite au reportage a fait beaucoup de bruit, les communautés de [...]

  11. Twitter Trackbacks for Envoyé Spécial sur Facebook — 1ere partie — lecture critique | ReadWriteWeb France [readwriteweb.com] on Topsy.com :

    [...] link is being shared on Twitter right now. @asher256 said Critique du reportage Facebook (posté hier [...]

  12. Les internautes sont la nouvelle chienlit | traffic-internet.net :

    [...] le remarquait Fabrice Epelboin sur RWW, “dans le même esprit, si vous ne voulez pas mourir au volant, il ne faut pas conduire. Si [...]

  13. STASI 2.0: LES INTERNAUTES SONT LA NOUVELLE CHIENLIT « Libertes & Internets :

    [...] le remarquait Fabrice Epelboin sur RWW [8], “dans le même esprit, si vous ne voulez pas mourir au volant, il ne faut pas conduire. Si [...]

  14. Guerre civile sur Facebook | ReadWriteWeb France :

    [...] Tunisien, titrait hier sur les dérives des usages en cours sur Facebook, allant plus loin encore que la télé­vi­sion gou­ver­ne­men­tale Française, et ajou­tant aux accu­sa­tions de tra­fic de drogue celle de [...]

  15. Tunisie: Guerre civile sur Facebook - TUNISIA Watch :

    [...] gouvernemental Tunisien, titrait hier sur les dérives des usages en cours sur Facebook, allant plus loin encore que la télévision govenementale Française, et ajoutant aux accusations de trafic de drogue celle de [...]

  16. France 2 vs. Anonymous | ReadWriteWeb French edition :

    [...] l’époque ou Envoyé Spécial tentait de persuader les parents que leur chères têtes blondes trouvaient de l’extasy sur Facebook facilement. Un discours aujourd’hui repris par Kadhafi, qui tente, lui, de persuader son peuple [...]

  17. Alterclickr » Le malaise Groupon, peuvent-ils continuer dans cette voie ? :

    [...] : Souvenez-vous du reportage de Envoyé spécial à charge sur Facebook, qui avait généré une levée de boucliers, même au sein de la communauté des journalistes. Cela faisait bien longtemps que j’avais [...]

Réagissez !

Politique de modération des commentaires

  • A propos
  • Best of
  • Buzzing
  • Tags

ReadWriteWeb est un blog dédié aux technologies internet qui en couvre l’actualité et se distingue par ses notes d’analyse et de prospective ainsi que par l’accent mis sur les usages et leurs impacts sur les média, la communication et la société. Il est classé parmi les blogs les plus influents de la planète par Technorati et Wikio. Publié en cinq langues, il s'appuie sur un réseau de correspondants locaux en Nouvelle-Zélande, aux Etats-Unis, en France, en Espagne, au Brésil, en Chine ainsi qu'en Afrique francophone. Ses articles sont publiés dans la rubrique technologie du New York Times.


Partenaires

hébergement infogérance Bearstech
af83





Appli iPhone


 

Recommandés



Activité sur le site